Améliorer
sa communicationGuide gratuit

TéléchargerNotre catalogue
Actualité de la communication

Le GROS buzz MOCHE de la rentrée !


« Vous êtes grosses, vous êtes moches… Payez 19,90€ et soyez seulement moche ! »

C’est une pub qui fait réagir dans la presse et sur les réseaux sociaux… sexiste, discriminatoire, indigne.

Vous ne l’avez pas vue? Normal, ce slogan s’affiche en réalité localement, sur les panneaux en 4×3 de la ville de Nice pour y annoncer l’ouverture d’une salle de sport lors de ce mois de septembre.

publicité Vita Liberté

publicité Vita Liberté

 

Nouvelle utilisation de la technique du badbuzz.

Pour être sûre de faire parler d’elle, cette société nationale, Vita Liberté qui compte une soixantaine de centres de sport en France et 50 000 adhérents, a donc choisi de choquer. Elle applique l’adage de l’ancien journaliste Léon Zitrone : Qu’on parle de moi, en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi !”

Et sur le plan de la notoriété, le coup de pub est réussi. Les retours presse ont été immédiats, lancés par le quotidien régional Nice Matin, repris par Rtl, Bfm tv, l’Express, Le parisien, le Huffington post, 20 minutes, Métronews,…

Des articles qui évoquent souvent le second terrain (et nous y contribuons !) où les réactions sont les plus vives : les réseaux sociaux, accélérateurs évidents de ce buzz

En fait, pour gagner en visibilité, en notoriété, la société de salles de sport a mis en place l’une des stratégies de com en vogue en ce moment tout en jouant avec les codes de la presse (stratégies et plans de com et maîtriser les règles journalistiques).
La marque a surtout misé sur la réaction des communautés et sur la propagation virale que permettent aujourd’hui les réseaux sociaux… et cela a « formidablement » bien fonctionné.

Vue, oui, mais approuvée ?

Ensuite, il y a eu la deuxième phase de la com: la modération
Après avoir allumé la mèche, Vita Liberté a d’abord tenté d’étouffer l’incendie qu’elle avait déclenché, de peur de s’y brûler les ailes ou plutôt d’être coulée par le flot de critiques sur tous les supports.

Utilisant une autre technique de com, l’entreprise de salles de sport a plaidé la surprise, les regrets. La coordinatrice de la marque expliquait: « Ce n’est pas une pub discriminatoire, c’est du second degré. Ce n’était pas du tout notre volonté de choquer. La notion de surpoids est très subjective, nous voulons donner accès à nos salles de sport au plus grand nombre »…

Ttroisième changement de cap, lorsque la société a constaté le niveau de buzz créé, elle a décidé de jouer avec. Elle affiche maintenant les retours presse sur sa page Facebook. Le siège, qui n’avait même pas prévenu le gérant de la franchise niçoise,  a décidé d’enfoncer le clou en déclinant la campagne avec une affiche au masculin.

Mais, la question reste de savoir si cette campagne de pub « trash » sera efficace ?
Les abonnements à la future salle de sports de Nice vont-ils grimper en flèche ? Car à vouloir se moquer de ses futurs clients, la société risque de se couper d’eux.

Que retiendront les adhérents potentiels de cette salle de sport : je suis gros et moche ou je vais pouvoir payer moins cher ? Le badbuzz peut aussi se retourner contre la marque. On a connu d’autres campagnes de pub agressives ratées (cf exemple via hitek.fr ci dessous)

Le GROS badbuzz MOCHE est lancé. Il a pris, mais il faudra attendre encore  quelques semaines pour savoir s’il a été réellement efficace ?



Publicités “subversives” mais pas forcément réussies:

publicité Novotel

publicité Novotel

 

publicté Numéricable

publicté Numéricable


enfants gratuits



publicité Hyper U

publicité Hyper U

 

 

  

publicité auto-école
publicité auto-école

 

 

puteolienne



régime moselle