Améliorer
sa communicationGuide gratuit

TéléchargerNotre catalogue
Actualité de la communication

L’humour version CGT

En communication, l’humour présente des dangers, le principal étant de ne pas être compris.

 Il est possible toutefois de se placer avec succès sur le terrain de la dérision quand il s’agit d’attaquer des adversaires. Le syndicat CGT nous le prouve avec une série d’affiches que l’on voit beaucoup dans les manifestations depuis la fin de l’été. Il faut d’abord saluer l’imagination et le savoir-faire des graphistes sollicités par le syndicat. Ils ont détourné des images de l’univers cinématographique pour fustiger le gouvernement.

 Première cible, le ministre de l’Economie Emmanuel Macron, tête de Turc de la CGT. 

macron



On le voit ici représenté dans un pastiche d’une fiche de police qui rappelle le fameux « wanted » des westerns. Le vocabulaire est virulent : « homme de main », « racketteur », « fossoyeur », « mafia ».  Une telle outrance s’inscrit dans le registre de la propagande, atténuée par l’humour qui se dégage du photomontage.

 

barbouzes





Une autre affiche de la CGT nous présente une brochette de « barbouzes » qui sont « François le renégat » (Hollande), « Emmanuel du MEDEF » (Macron), « Manu la droite » (Valls) et « Mimi la gachette » (Sapin). Le style vestimentaire des gangsters de l’époque Al Capone et la photo en noir et blanc accentuent l’aspect « vintage ».

  

 

valls





Le troisième exemple vient puiser dans le répertoire des films d’horreur. On y voit Manuel Valls, la chemise ensanglantée, prêt à réaliser un massacre à la tronçonneuse et à « nettoyer » le droit social. Le regard du personnage est particulièrement inquiétant.

 

 

crabzucki




La CGT, au fil de sa longue histoire, a souvent utilisé le sarcasme dans sa panoplie militante. Cet humour, souvent dirigé contre les opposants, a servi au moins une fois, avec bienveillance, à propos  de l’un de ses dirigeants : Henri Krasucki, secrétaire général du syndicat de 1982 à 1992 qui devait largement sa notoriété au « Bébête Show » de Stéphane Collaro, émission triomphale de TF1 à l’époque. Sa marionnette s’appellait « Crabe-Zucki » et apparaissait toujours avec de grosses pinces en s’écriant « la grève » ! La CGT avait détourné à son profit cette caricature :